Accueil > contact et service > Articles Techniques > 2012-11 | L'amiante dans les revêtements routiers

 

Ce petit article a servi de base à deux publications dans le GIT Laboratory Journal 11/2012 (en allemand) et dans le Mitteilungen des Berufsverbands Deutscher Geowissenschaftler, BDG, 120, Ausgabe 01/13 ainsi qu'à un article Wikipedia intitulé "Asbest in Asphaltfahrbahnbelägen" (en allemand), qui a été révisé plusieurs fois entre-temps.
 

Télécharger l'article au format pdf :asbest-in-asphalt-fachartikel-crb-analyse-gmbh.pdf (en allemand)

 

L'amiante dans les revêtements routiers

Remarques introductives

En raison des effets nocifs des fibres d'amiante sur la santé, l'utilisation de l'amiante en Allemagne a été progressivement limitée depuis 1979, jusqu'en 1993, date à laquelle une interdiction générale de la fabrication et de la commercialisation de l'amiante est entrée en vigueur en vertu du règlement d'interdiction des produits chimiques.
L'amiante se retrouve encore aujourd'hui dans de nombreux matériaux de construction solides (amiante-ciment) et faiblement collés (amiante projeté, panneaux légers, nattes, cartons,...) ainsi que dans les produits chimiques de construction (revêtements de sol, scellants, adhésifs,...) et des réglementations strictes en matière de protection s'appliquent lors de leur utilisation.


Amiante dans les revêtements routiers (asphalte) - problèmesAmiante dans les revêtements routiers (asphalte) - problèmes

Les revêtements routiers (asphalte) sont un problème connu depuis longtemps et qui n'a pas été pris en compte par le public ni par la législation depuis aussi longtemps.
Il s'agit d'un mélange de liant bitumineux et de gravillons de pierre naturelle. Les roches basiques magmatiques telles que le basalte, le diabase ou le gabbro sont fréquemment utilisées pour la couche de surface fortement sollicitée en particulier.
Ces roches peuvent contenir des parties naturelles de minéraux d'amiante de la famille des amphiboles comme l'actinolite, la trémolite, l'anthophyllite ou l'amosite (grunérite). Dans le passé, l'amiante chrysotile était parfois ajouté à l'asphalte pour les tronçons routiers soumis à une circulation intense, comme les passages à niveau.
Les fibres d'amiante peuvent être libérées lors du broyage à froid des zones de circulation, du recyclage de l'asphalte et de la construction des routes et peuvent entraîner des risques pour la santé des travailleurs, des résidents et des usagers.


Aspects juridiques

Avec la révision de l'ordonnance sur les substances dangereuses en 2004, la situation juridique concernant la mise sur le marché des matières premières minérales et l'exposition pendant les activités impliquant ces matières a changé. Le TRGS 954 précédemment valide a été remplacé en 2007 par le TRGS 517 (révisé en 2009). Les changements les plus importants sont :

  • L'interdiction générale d'exposition a été levée.
  • Les activités impliquant des matières premières minérales contenant de l'amiante et des préparations et articles dérivés ne feront plus l'objet d'une dérogation, mais d'une simple notification à l'Autorité.Amiante dans les revêtements routiers (asphalte)Amiante dans les revêtements routiers (asphalte)
  • La réutilisation .... contenant de l'amiante est admissible. Auparavant, il aurait été nécessaire de faire appel à un professionnel pour l'élimination des matériaux contenant de l'amiante, par exemple les matériaux fraisés pour la construction de routes.
  • L'expression "fibres d'amiante libres" dans les matières premières minérales, qui avait souvent donné lieu à des malentendus lors de la détermination de la teneur en masse, a été remplacée par "amiante.

Les types d'amiante que l'on trouve dans ces roches ne montrent généralement pas la formation laineuse à fibres longues des variétés d'amiante minéral utilisées techniquement. Ils ont plutôt la forme de tiges ou de prismes de ces minéraux. Ils ne libèrent que des éclats et des particules fibreuses sous l'effet d'une contrainte mécanique (par exemple, le broyage), qui sont classées selon les critères de l'OMS : L > 5µm, D < 3µm, L : D > 3 : 1 sont évaluées comme fibres alvéolaires.

Ceci est pris en compte dans la TRGS 517. Il y est dit : "Les fibres d'amiante sont les fibres qui sont classées comme 6 minéraux d'amiante en fonction de leur composition. Il importe peu qu'une fibre d'amiante ait été libérée par la présence ou non d'un minéral contenant de l'amiante...".

Selon l'annexe 1 de la TRGS, les types de roches suivants en particulier doivent être considérés comme pouvant contenir de l'amiante :

  • Ultrabasite/peridotites (p. ex. dunite, lherzolite, harzburgite)
  • Effusive de base (p. ex. basalte, déversement, basanite, téphrite, phonolite)
  • Intrusives basiques (p. ex. gabbro, norite, diabase)
  • Roches métamorphiques et métasomatiques surtamponnées (p. ex. dépôts de talc métasomatiques, ardoise verte, ardoise chlorite et amphibolique / roche (p. ex. néphrite), serpentinite, amphibolite)

Selon TRGS 517

  • ... l'employeur présume qu'il n'y a pas d'amiante pendant l'extraction, le traitement, le retraitement, le traitement ultérieur et le recyclage des matières premières minérales provenant de roches non énumérées à l'appendice 1.

En outre, selon la TRGS 517 No. 1 Par. 4, le législateur déclare que

  • ... L'employeur peut supposer que la teneur en masse de l'amiante dans les matières premières minérales, telles que celles trouvées dans les carrières de la République fédérale d'Allemagne, par exemple, est inférieure à 0,1 %, de sorte que l'interdiction de fabrication et d'utilisation conformément au § 18 en liaison avec le § 18 du décret allemand sur les produits chimiques n'est pas applicable. L'annexe IV no 1, par. 2, al. 2, al. 3, de l'ordonnance sur les substances dangereuses n'est pas affectée.

Cette supposition est fausse ! De nombreuses études sur les fractions de gravillons des enrobés bitumineux ont montré que des concentrations de fibres > 0,1 %, des concentrations totales de fibres > 0,5 % et des teneurs totales en amiante (particules fibreuses et non fibreuses) de l'ordre de plusieurs points de pourcentage peuvent survenir par endroits, notamment dans les gabbros et norites.


Amiante dans les revêtements routiers (asphalte) – méthode d'enquêteMéthode d'enquête

La teneur en fibres d'amiante respirable (OMS) doit être déterminée dans des gravillons provenant de roches classées comme pouvant contenir de l'amiante conformément à la TRGS 517.
Cela se fait conformément à la procédure 4, annexe 2 de la TRGS 517 :

  • Détermination de la teneur en masse de l'amiante dans les matériaux compacts (p. ex. morceaux de stéatite, pierre naturelle), dont l'utilisation peut donner lieu à des poussières inhalables (p. ex. par perçage, sciage, fraisage, broyage).

selon la procédure IFA / BIA 7487 :

  • Méthode pour la détermination analytique des faibles teneurs massiques en fibres d'amiante dans les poudres, poudres et poussières à l'aide de SEM/EDX (index 7487). Dans : IFA / BIA Workbook Measurement of hazardous substances. 18e Lfg. IV/97e éd. : Berufsgenossenschaftliches Institut für Arbeitsschutz, Sankt Augustin. Erich Schmidt, Bielefeld 1989 - Edition à feuilles mobiles

Dans ce processus complexe, les échantillons d'asphalte, dont la plupart se présentent sous la forme de carottes de forage, sont brisés et homogénéisés, et la teneur en bitume/ goudron est extraite par recuit ou dissolution. Le matériau est ensuite broyé à des granulométries < 100 µm et une quantité partielle de la poudre de l'échantillon est convertie en eau distillée. Eau en suspension. L'eau est filtrée et le filtre est examiné par microscopie électronique à balayage / microanalyse aux rayons X.
Avec une sensibilité de détection élevée de 0,008%, il est possible de déterminer une faible teneur en amiante.

Si la concentration en fibres d'amiante (OMS) est > 0,008 %, des mesures de protection appropriées doivent être prises lors de la manipulation du matériau. Si la concentration totale de fibres d'amiante est > 0,1 %, l'utilisation du matériau est interdite par le GefStoffV et le matériau doit être éliminé.


Conclusion

La manière dont ce problème est traité varie d'un État fédéral à l'autre. Actuellement, seul le Land de Basse-Saxe, en partie aussi Hambourg et Schleswig Holstein, est soumis à des essais d'asphalte selon TRGS 517 / IFA / BIA 7487 ; dans les autres Länder (p. ex. NRW), il est généralement admis que l'asphalte peut contenir de l'amiante et des mesures de protection sont prises, par exemple pour le fraisage de zones de circulation (extraction, fraisage à chaud et humide). La plupart des Länder ne disposent pas d'informations sur le traitement de la TRGS 517 dans la construction routière.

Il est certainement nécessaire de prendre des mesures pour uniformiser la mise en œuvre des exigences légales valides à l'échelle nationale. La question se pose également de savoir s'il est judicieux de continuer à exploiter des roches, comme les gabbros, dont le potentiel de danger est suffisamment connu, et de les transformer en copeaux. Et qu'en est-il du réseau de voies ferrées, dont les lits de voie sont principalement " lestés " de basalte ?

Analyse d’amiante0

Analyse d’amiante fiable moyennant la microscopie électronique à balayage, MEB / EDXCOMMANDEZ MAINTENANT !

Demande et le contact

  • Tél.: +49 (0)5505 - 940 98-0
  • fax: +49 (0)5505 - 940 98-260
';