Logo

L'amiantose : pourquoi elle est de plus en plus fréquente

Début janvier, l'ARD a fait état de l'amiantose et du problème de sa reconnaissance comme maladie professionnelle par l'association d'assurance responsabilité civile des employeurs. Depuis 1993, l'utilisation de l'amiante est interdite en raison du risque élevé de cancer. Néanmoins, le polluant des bâtiments continue de provoquer des cancers - le nombre de cas a même fortement augmenté ces dernières années : de 1 546 au milieu des années 1990 à 4 938 par an au dernier décompte, soit plus de trois fois plus. Le cancer n'apparaît que des décennies après le contact avec l'amiante, c'est pourquoi de nombreuses victimes présumées ne reçoivent pas de pension d'accident. Par conséquent, la reconnaissance de l'amiantose comme maladie professionnelle devient moins fréquente.

Le problème réside dans le fait que l'amiantose n'est considérée comme une maladie professionnelle que lorsque les années dites "fibres" sont remplies : Il doit y avoir un total de 25 ans pendant lesquels la présence d'amiante a été démontrée sur le lieu de travail. Si la personne souffrant d'amiantose ne peut pas le prouver, elle n'est pas reconnue comme une maladie professionnelle. Cette reconnaissance par l'Association de l'assurance responsabilité civile des employeurs est la condition préalable à des soins de santé et des pensions plus appropriés.

La période entre l'exposition à l'amiante au travail et le développement d'un cancer du poumon peut aller jusqu'à 40 ans. Par conséquent, des décennies après l'entrée de l'amiante dans les poumons, les personnes touchées peuvent difficilement prouver si elles ont inhalé et en quelle quantité. Et comme le cancer du poumon peut avoir d'autres causes, il est beaucoup plus difficile à prouver. L'avocate Miriam G. Battenstein explique : "L'amiante est le plus grand tueur de maladies professionnelles en Allemagne et il y a des milliers de cas.

Source : https://www.daserste.de/information/wirtschaft-boerse/plusminus/sendung/asbestose-warum-asbestopfer-immer-seltener-unfallrenten-bekommen-100.html

';