Logo

Mise au point d'une méthode d'essai pour la décontamination des vêtements des pompiers à l'amiante

En cas d'incendie, les pompiers sont exposés à diverses substances dangereuses, dont l'amiante. La sensibilité croissante à l'hygiène d'urgence - en particulier dans le cas de vêtements d'urgence fortement contaminés - soulève diverses questions :

  • Comment et dans quelle mesure peut-on nettoyer les vêtements des pompiers contaminés par l'amiante ?
  • Le processus de lavage d'une lessive spéciale permet-il en principe d'éliminer la contamination par l'amiante des matériaux typiques des vêtements ?
  • Les types de tissus utilisés pour la fabrication des vêtements de loisirs permettent-ils d'obtenir une meilleure performance de nettoyage que d'autres types de tissus, comme le coton ?

Jusqu'à présent, il n'existe pas de procédures d'essai normalisées pour évaluer la performance de nettoyage des procédés de lavage. En collaboration avec la blanchisserie spécialisée MeyerundKuhl, notre laboratoire d'amiante accrédité a donc développé une procédure de test et l'a appliquée sur la base d'une série de tests afin de faire une déclaration qualitative et quantifier la performance de nettoyage possible.

But de la méthode d'essai mise au point

La procédure d'essai mise au point conjointement permet de vérifier si les textiles anti-incendie peuvent être suffisamment décontaminés par lavage et imprégnation. Diverses matières textiles courantes pour la fabrication d'équipements de protection individuelle, telles que Nomex, PBI ou X55, sont testées. L'objectif est de déterminer si le type de tissu a une influence sur l'effet nettoyant. Il sera également analysé si ces tissus textiles spéciaux conviennent mieux à la décontamination dans une blanchisserie que des tissus comparables en coton ou synthétiques.

Pour des conditions d'essai réalistes, les instructions d'hygiène d'utilisation dans la lutte contre l'incendie sont appliquées. En outre, les tissus d'essai sont lavés avec des vêtements d'extinction d'incendie standard afin d'obtenir les mêmes charges mécaniques que celles qui résultent du lavage et de l'imprégnation dans une blanchisserie spéciale.

Comme il n'y a pas de limites officielles, cette méthode d'essai ne peut être utilisée que pour évaluer l'efficacité du processus de lavage en comparant les concentrations de fibres avant et après le processus de lavage.

Procédure pour tester la décontamination à l'amiante

Méthodes d'essai pour la performance de lavage/décontamination des textiles des sapeurs-pompiers sous l'effet de l'amianteL'analyse de la contamination avant et après le processus de lavage suit méthodiquement la directive VDI 3866, partie 5, annexe B:2017-06, qui est pertinente en Allemagne pour les tests d'amiante, dans lesquels même la plus petite teneur en amiante peut être détectée avec une sensibilité de détection de 0,001 % en masse.

Les différentes étapes en un coup d'œil :

  • Découpe de 3 pièces de tissu de 15 cm x 15 cm chacune pour chaque type de textile examiné (Nomex, PBI et X55 ainsi qu'un simple tissu de coton)
  • Munir les pièces de tissu d'une étiquette permanente permettant une identification sans ambiguïté
  • Contamination d'échantillons de tissus en laboratoire avec les deux types d'amiante technique les plus courants, le chrysotile et l'amosite, et emballage individuel dans des sacs hermétiques et solubles dans l'eau
  • Lavage des substances d'essai dans la lessive spéciale avec d'autres vêtements textiles
  • Des échantillons d'eau sont prélevés dans la liqueur de lavage après le premier lavage et à la fin du processus de lavage et d'imprégnation
  • Analyse des échantillons d'eau et des substances d'essai purifiées dans le laboratoire d'analyse pour les fibres d'amiante et les teneurs résiduelles en fibres

Résultats de l'enquête : L'amiante chrysotile peut être complètement retiré des vêtements d'armes à feu par un nettoyage spécial

Dans le cadre de l'enquête menée conjointement avec la blanchisserie spéciale MeyerundKuhl, les concentrations d'impuretés dans les échantillons de tissus avant le lavage étaient très élevées. S'il y a une situation de contamination similaire due à un incendie avec de l'amiante, on peut clairement supposer qu'il existe un risque pour la santé. Les textiles ainsi contaminés ne devraient faire l'objet d'un traitement ultérieur que par des personnes qualifiées ayant suivi des procédures d'hygiène spéciales.

Résultats importants de la procédure d'essai pour la décontamination à l'amiante

  • Même de petites quantités d'amiante sont suffisantes pour provoquer une contamination considérable des textiles.
  • L'amiante chrysotile n'a pu être détecté dans aucun des échantillons de tissu après lavage.
  • Après le lavage, des fibres isolées individuelles ou de petits faisceaux de fibres d'amiante amositique ont été détectés dans tous les échantillons de tissus contaminés examinés.
  • Les tissus (PBI, X55 et NOMEX) utilisés spécialement pour les vêtements de loisirs sont beaucoup plus faciles à nettoyer que le coton conventionnel.

Le procédé de lavage mis au point dans la blanchisserie spéciale MeyerundKuhl permet d'éliminer des quantités importantes d'amiante des principaux types de tissus utilisés dans les vêtements d'incendie. Le chrysotile, le minéral d'amiante technique le plus fréquemment utilisé, peut apparemment être complètement éliminé par un procédé de lavage approprié. Selon le type de textile, la charge en fibres causée par l'amosite peut être réduite de 99,4 % (coton) à 99,9 % (Nomex). La contamination résiduelle peut s'expliquer par le fait que les fibres d'amosite en forme d'aiguille, encombrantes et encombrantes, s'enfoncent profondément dans le tissu et s'imbriquent les unes dans les autres de sorte qu'elles ne peuvent être extraites quantitativement par le processus de lavage. Toutefois, il ne faut pas s'attendre à ce que ces fibres soient libérées du tissu lors d'une utilisation ultérieure des textiles et entraînent un risque pour l'homme et l'environnement.

La procédure d'essai mise au point conjointement semble convenir pour démontrer les effets d'un nettoyage spécial en cas de contamination liée aux fibres. Le concept de décontamination ne doit pas se limiter au port occasionnel, mais inclure également des casques de protection, une protection respiratoire, des gants et des bottes. D'autres séries de tests pourraient également tester l'hypothèse selon laquelle le coton contaminé est difficile à nettoyer et ne convient donc pas aux applications dans lesquelles des personnes sont exposées à la contamination de substances liées aux fibres.

De plus amples informations sur la procédure d'essai développée pour la performance de lavage/décontamination des textiles des sapeurs-pompiers sous exposition à l'amiante se trouvent dans cet article technique de Ralf Klaus Blecher, Dr Jochen Kuhl, Axel Meyer et Dr Stefan Pierdzig :

Décontamination des textiles des pompiers lors de l'exposition à l'amiante (PDF, 2,1 MB)

';